charms-and-witches-side-city
Charms and Witches™ : bienvenue dans le manoir le plus hanté de l'histoire !
Découvrir le jeu !

Après PaySafeCard, c’est Neteller qui quitte le navire !

neteller-se-retire-du-marche-des-casinos-en-ligne-français

La rentrée de septembre 2016 annonce de bonnes nouvelles mais un côté obscur fait malheureusement partie du décors. Ce revers de la médaille que tout le monde se passerait bien s’assombrit de plus en plus par le retrait de certaines pointures dans l’industrie des moyens de paiement en ligne.

Le 1er septembre 2016, une première mauvaise nouvelle est tombée à ce sujet en annonçant que PaySafecard, la carte prépayée favorite des joueurs de l’hexagone quittait le monde des casinos en ligne gris en France.

PaySafe est pour la petite histoire un groupe qui a racheté en avril 2015 PaySafeCard et Neteller. Ce que je souhaite dire par là, c’est qu’étant donné que PaySafeCard cohabite dans les mêmes locaux que Neteller, il y a des grandes chances pour que ce portefeuille électronique prennent la décision de suivre le même chemin que PaySafeCard.

Il s’agit là d’une simple rumeur qui traîne depuis plusieurs semaines dans les couloirs du web. À l’heure actuelle, nous n’avons pas la certitude de cette prise de décision du géant Neteller. Aucune annonce officielle n’a été publiée sur leur site internet. Le casino en ligne Tropezia Palace a rédigé un billet dans son blog en stipulant que Neteller verrouillerait peut-être sa décision de quitter le marché des casinos gris en France le 5 octobre 2016.

Avec une telle nouvelle qui fait l’effet d’une bombe, il n’y a plus qu’a croiser les doigts pour que Neteller fasse machine arrière mais j’ai bien peur que sa décision reste ferme et définitive.

Pour aller plus loin…

Que signifie le marché gris concernant les casinos virtuels ?

Neteller est une firme internationalement reconnue à travers le monde entier pour fournir un service complet en matière de paiement en ligne. La possibilité de pouvoir déposer et retirer des fonds en toute sécurité en assurant une rapidité exemplaire au niveau des transactions entrantes et sortantes et avec l’appui de pouvoir utiliser à titre optionnel une carte prépayée. Un moyen efficace pour par exemple régler ses achats dans les magasins ou de pouvoir retirer de l’argent en espèces depuis les distributeurs automatiques. Un système fiable que beaucoup de joueurs notamment résidents en France utilisent pour consommer en toute sécurité sur internet.

Mais voilà que Neteller revoit son organisation et se concentre sur le problème des casinos en ligne en France. Une problématique qui traîne des pieds depuis des années ! Il s’agit d’un marché gris qui est à la fois légal et illégal à la vue d’une absence totale de régulation. Le monde des casinotiers virtuels est très difficile à cerner car il n’y a pas de véritables lois qui autorisent ou non l’activité des casinos numériques sur le sol français. Un flou juridique complet qui ne semble pas vouloir ou ne pas trouver de solutions viables.

En 2010 a été créé un organisme de régulation. Plus précisément l’ARJEL qui est l’autorisation de régulation des jeux en ligne en France. En juin 2010, cette régulation avait autorisé l’ouverture des casinos en ligne des chaines MicroGaming et Playtech mais cela ne dura que quelques mois lorsque l’état s’est rendu compte du cruel manque à gagner et du potentiel vide de ses enseignes physiques de casinos terrestres.

Une fermeture soudaine dont le réel motif n’est qu’une simple histoire d’argent qui vise à préserver le monopole de la FDJ (Française des jeux) et tout ce qui gravitent autours en matière de jeux d’argent. Le phénomène de l’addiction fut le premier motif de l’ARJEL face à cette ouverture et cet ordre de retrait soudain des opérateurs de casinos en ligne. Un argument qui à mon sens ne tient pas vraiment la route mais qui sert plutôt de camouflage pour justifier cette décision qui n’est d’agréer aucun établissement de casinos en ligne.

Certains groupes comme Playtech et MicroGaming ce sont contraint de fermer leurs portes d’accès aux joueurs français quelques mois plus tard. D’autres ont tenu tête et ont par conséquent continué d’offrir leurs services. Ce sont ces établissements en plus des nouveaux venus qui ont tenté leur chance qui construisent aujourd’hui la sphère des casinos gris en France.

Ces plateformes qui pour la plupart offrent des services de qualité et sont plutôt bien cotées au niveau de leur e-réputation sont titulaires de licence d’exploitation de leur logiciel de jeu. La plupart du temps, ces licences sont décernées par Gibraltar, Malte, Curaçao ou encore Alderney pour ne citer que ces zones du monde.

Ces enseignes de e-casino ne peuvent donc pas faire n’importe quoi avec leurs clients sous peine de voir leur licence de régulation partir en fumée. Ces sites où le hasard est maître sont parfaitement bien encadrés et inspectés régulièrement de façon à respecter leur cahier des charges à la lettre et par conséquent assurer de manière permanente une transparence et une sécurité totale pour leurs clients.

Mais dans cette histoire, l’état français est mit sur la touche. En effet puisqu’il n’est pas en mesure de pouvoir appliquer une taxation sur les recettes de ces établissements basés à l’étranger. De plus, leur licence d’exploitation les autorisent formellement à fournir leurs services partout en Europe. Il y a donc un flou juridique en France car s’adonner aux jeux de hasard en ligne est en réalité n’y légal n’y illégal d’où l’expression de marché gris en France dans ce secteur d’activité.

Mais pourquoi un retrait soudain de Neteller ?

Dans un coin de mon esprit, je pense que Neteller va probablement rejoindre la décision de PaySafeCard qui est de se retirer du marché français au niveau des casinos numériques. Pourquoi ? Parce que ces 2 moyens de paiement dans l’un est un ticket prépayé et l’autre un e-portefeuille font partis du même groupe soit PaySafe.

Par logique, il est donc évident de penser que Neteller va faire de même en sachant qu’au 2 octobre 2016, personne n’en a la certitude. Pour le moment, il ne s’agit que de simples rumeurs qui gravitent autour de ce portefeuille tant utilisé par les joueurs français pour les avantages que j’ai énuméré un peu plus tôt dans cet article.

Je pense également que ce groupe se retire du marché des casinos gris pour des raisons d’éthique mais pas que. En effet, il me semble qu’il y a là une certaine stratégie qui va se mettre en place. Neteller et PaySafeCard vont se retirer de leur plein gré durant un moment le temps que cette histoire de casinos en ligne gris sur le sol français se dénoue.

Une fois que cette industrie sera pour de bon reconnue en France, ces 2 géants du paiement en ligne reviendront comme un boomerang. J’affirme cette hypothèse car c’est justement ce modèle stratégique que les pionniers du jeu en ligne à savoir Playtech et Microgaming ont mis en place. Ils n’ont pas bronché et ont montré patte blanche face à la prise de décision de l’ARJEL vers le fin de l’été en 2010.

L’objectif ultime étant de revenir plus tard afin d’obtenir une licence d’exploitation de type ARJEL beaucoup facilement par rapport aux autres enseignes qui font office de résistance face à cet organisme de régulation français. En d’autres mots ces plateformes qui continuent d’ouvrir leurs portes aux joueurs de l’hexagone pour jouer avec de l’argent réel.

Avec l’absence de Neteller et de PaySafeCard, que va t’il rester dans les banques des casinos en ligne ?

Je pense qu’il n’est pas nécessaire de penser qu’il s’agit de la fin des casinos en ligne. Bien au contraire ! Les cartes virtuelles, de crédit, de débit ainsi que les virements bancaires seront encore et toujours d’actualité et cela n’est pas prêt d’évoluer négativement.

Certains concurrents dans le secteur des moyens de paiement en ligne se frottent déjà les mains à cette heure en voyant ces pointures s’effacer d’un seul coup du marché français. Ces firmes plus où moins dans l’ombre vont désormais pouvoir prendre une plus grosse part du gâteau et prospérer durablement dans la lumière.

C’est par exemple le cas de Cashlib qui offre exactement les mêmes services que PaySafeCard. Cette nouvelle carte prépayée est déjà disponible dans de nombreux casinos français comme par exemple le site Online Bingo.

Par conséquent, il n’y a donc pas besoin de se faire du mouron. Il ne va pas falloir patienter trop longtemps pour constater que de nouveaux moyens de paiement s’entassent dans les banques des casinos virtuels. D’autres marques de paiement sur internet vont probablement se pencher activement sur la question de savoir si l’implantation d’une carte prépayée dans leur système ne serait pas une mauvaise alternative.

Pour le moment, il faut espérer que Neteller ne valide pas cette prise décision qui dans l’état actuel des choses n’est basée que sur des rumeurs et une suite logique par rapport au choix de PaySafeCard. En attendant, les joueurs vont devoir réfléchir et se pencher vers d’autres processeurs de paiement pour continuer de prendre du bon temps en s’adonnant aux jeux de hasard en ligne.

Avant de fermer ce billet, je tiens à dire qu’il y aura toujours des moyens de paiement mis à disposition pour permettre aux amateurs de jeux en ligne de continuer à aligner des paris en situation de jeu réel. La machine ne peut pas être rompue totalement. Elle peut connaître des ralentissements comme cela est malheureusement le cas actuellement mais elle assurera toujours une base solide pour rester dans la course.

Je reviendrai sur ce sombre épisode de Neteller dès que j’aurai du nouveau à ce propos. En attendant bon jeu à toutes et à tous !

Sujet : Neteller se pose la question de quitter le marché français des casinos en ligne !
Auteur de la page :
Date de publication :
Dernière actualisation du contenu :

Vous avez aimé le contenu de cet article ?
Faites le savoir autour de vous !